Guéroz (Hotonnes) - 1.164 m

Guéroz

(Geyroz / Gueros / Gairoz / Gairod)

 

 

Cette ferme située au nord des Plans d'Hotonnes est très ancienne, on retrouve des écrits remontant à 1675, elle appartenait alors à Claude MOURIER, docteur en théologie, chanoine de la Cathédrale, né le 24 mars 1641, décédé en mars 1689, fils de Pierre MOURIER, bourgeois d'Hotonnes.

 

Le premier grangier fut François BRUNET MONTILLET de Chézery, Jean Claude ANCIAN lui succéda en 1683 et la propriété de Guéroz passa à la mort du Chanoine en 1689, à un membre de sa parenté, le notaire Claude Bernard FEUILLAT et restera ensuite dans la famille FEUILLAT.

 

Il semble que Guéroz fut la propriété des BAGUET de Songieu, elle appartint aussi à Joseph BAILLY et Madame née HUMBERT de Chézery. En 1920, elle devint la propriété des FAVRE et au décès de Calixte FAVRE en 1942, elle passa en indivision entre les quatre enfants, soit les deux frères "Louis" Ernest François et "Henri" Gustave Alfred FAVRE d'Izernore et les deux soeurs Marguerite "Cécile" Berthe veuve VIVIAND de la Palud et Marie Marguerite Elise GROS demeurant à Chaix.

 

La maison n'était habitée qu'au moment des foins. Elle comprenait une remise, un fenil, une grange, trois écuries, une cave, trois pièces d'habitation au rez-de-chaussée et quatre au premier étage. Elle était recouverte en tuiles, ardoises et tôles.

 

Le lieu a été le théatre d'activités des maquisards en 1943-1944, des témoignages confirment:

 

"la ferme a été habitée par le maquis, antérieurement aux opérations menées en Février par les troupes de la Wehrmacht".

 

(voir la carte ci-dessous)

 

Elle a été brûlée le 17 avril 1944 à 9 heures à l'aide de bouteilles incendiaires, il ne restait plus ensuite que quatre murs.

 

Elle a été reconstruite et ensuite transformé en centre de vacances. Voici une courte vidéo du centre...

 

L'origine du nom viendrait-il du mot guérite « ouvrage de protection, refuge » ?

 

http://henrysuter.ch/glossaires/topoG1.html#Gu1

 

 

Un peu plus au sud se situe la Croix des Terments, un carrefour de plusieurs chemins

 

Termant, Termen, Termenno, Termeno, Terment, Terments, Termin, Termine:

 

Situé à la limite entre deux territoires, ou à l´extrémité d´un territoire, du latin terminus, « borne, limite, ligne de démarcation ». Ancien français termeine, termine, « borne, limite »

 

http://henrysuter.ch/glossaires/topoT0.html#Te1)

press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
Pour un Retord Propre ².gif