Les Pelaz (Hotonnes) - 1084 m

Le travail de lapidaires à la ferme des Pelaz

 

 

Il consiste à polir et tailler des pierres: rubis, saphir, corindon,  de section carrée 2/2 mm ou maximum 4/4 mm et de longueur identique.

 

Ces pierres appartenaient à Dalloz et Boulud, lapidaires du Jura, qui sous traitaient ce travail de taille à des fermiers des Montagnes du Jura. C’était un travail d’hiver qui mobilisait une grande partie de la famille.  

Travail de la pierre vers 1920 dans une ferme au Grand Abergement

En effet, ces pierres minuscules arrivaient par le courrier postal, dans une enveloppe qui en contenait environ 2000.

 

« A l’ouverture de l’enveloppe, toute la famille se retenait de respirer pour qu’aucun souffle ne disperse les pierres ! » expliquent Bernard et Fernand Favre.

 

Tout d’abord, il fallait fixer chaque pierre sur des bâtons avec de la cire. La roue en bois de la meule était actionnée à la main, par les enfants, à tour de rôle, en un mouvement régulier.

 

Le père prenait une par une les pierres fixées sur les bâtons et taillait sur la meule en bronze pour obtenir les facettes désirées : taille plate ou en culasse.  

 

Ensuite, deuxième opération avec la meule de bronze et le lissieu – mélange de cendre et d’eau - pour rendre brillante la pierre et enlever les traces de cire. Imaginez la précision manuelle et visuelle qu’il fallait avoir, tout cela éclairé à la bougie !

 

Le travail terminé, les pierres étaient réexpédiées par le même circuit (La Poste) à leur propriétaire. Le facteur apportait ensuite le règlement qui pouvait atteindre 75 000 ancien Francs par hiver (1500 € aujourd’hui) . 
 
 
Jean Jacques BIANCHI

Les PELAZ - Mai 2017 

 

Pour un Retord Propre ².gif