Les Combettes (Hotonnes) - 1.130 m

 

 

Les Combettes

(La Combette, la Petite Combe)

 

 

 

 

 

Les déclinaisons de cette ferme tournent bien autour de la "racine" combe et on trouve ces différentes variantes au fil des plans et des recensements, elle est répertoriée en tant que Grange de la Petite Combe sur les plans napoléoniens.

 

Les ruines de cette ferme se trouvent (C1) entre Morez à l'ouest et Pré Carré à l'est, dans un axe nord/sud, elle se situe au nord d'un chapelet de fermes, toutes disparues, qui partent de la Charnaz au nord-ouest d'Hotonnes en passant par la Grange Bonnay et Plat Manu (voir plan ci-dessous)

 

Dans l'histoire des Maquis de l'Ain et de leurs camps, on retiendra le terme "Les Combettes".

 

Le camp des Combettes a été créé le 10 octobre 1943 par prélèvement de maquisards sur le camp de MOREZ situé à 1 km. 

 

Placé sous l'autorité de Maurice NICOLE (transfuge de l'organistion TODT et de Jean-Baptiste ZWENGLER, ce camp est rapidement passé à cinquante personnes de toutes origines dont une petite dizaine de polonais (Tutaj było kilkanaście polskich żołnierzy).

 

Ce camp et celui de MOREZ ont servis de bases et de retranchement contre le chantier de jeunesse d'Artemare et l'intendance militaire de Bourg-en-Bresse.

 

 

Quant à l'origine du nom:

 

Vallée sèche en flanc de montagne, généralement située au-dessus des sources et par extension, dépression allongée entre deux montagnes.

 

Vieux français combe, « petite vallée, pli de terrain, lieu entouré de collines », combriere, « combe, vallée »,

 

diminutif ancien français combele, combelle, « petite vallée, vallon »,

 

gaulois et bas latin cumba, « creux, vallée, vallonnement »,

 

diminutif cumbilia, racine indo-européenne *kum-bh-, kum-b-, même sens.

 

http://henrysuter.ch/glossaires/topoC0.html#combettes

 

 

Ici a vécu...

Famille

Issu de la division du  camp de Morez, tout proche, pour surnombre d’hommes, le camp des Combettes est crée le 10 octobre 1943 ; il est dirigé par Maurice Nicole  transfuge de l’organisation Todt.

 

Romans appelle un jour les frères Roche, un homme se réclamant d’eux, souhaite leur être confronté. Ils reconnaissent leur voisin à Bourg, Maurice Nicole, agent mécanicien SNCF muté de Paris à Bourg. Ils le trouvent enchaîné, vêtu d’un uniforme allemand de l’organisation Todt. Les frères Roche dédouanent Nicole avec qui ils écoutaient la BBC, il y a peu encore.

 

Toute suspicion est  levée, Romans lui confie la direction des Combettes.

 

Les polonais sont encadrés par un alsacien, Jean Zwenger (Zwing) né en Alsace qu’il a du quitter pour échapper à la « germanisation », Zwing démobilisé de l’armée d’armistice a suivi la filière qui l’a amené à la ferme du Mont, le centre de triage.

 

Nicole reçoit l’ordre de Romans et de Chabot en janvier 1944 d’aller s’installer à la ferme Marchal, prés de Résinand. Le PC estimait qu’il y avait une trop grande concentration entre les Plans d’ Hotonnes et le col de Richemond.

 

Dès lors le camp comme d’autres, prend le nom de son responsable, il devient le camp Nicole.

 

 

http://www.resistance-ain-jura.com/

Non, elle n'est pas parmi ses 50, mais il est possible que vous ayez des documents, écrivez-nous !

press to zoom

Non, elle n'est pas parmi ses 50, mais il est possible que vous ayez des documents, écrivez-nous !

press to zoom
1/1
Pour un Retord Propre ².gif