Pour cela le Ministre désigna le citoyen Aimé ANCIAN (1828-1905) demeurant à la grange les Tours comme « faisant fonction de maire pour la construction de l’école ». Par ailleurs, des membres de la famille TARDY firent don à la commune de « la parcelle de terrain dite au champ curial » sur laquelle fut édifiée l’école qui ouvrit en 1882.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’école fut fermée en 1960 faute d’élèves, elle fut transformée plus tard en gite rural. On trouvera aux archives départementales de l’Ain deux épais dossiers (0670 et 0671) avec tous les documents pour retracer l’histoire de cette école.

 

Vous pourrez, dans ce document complet de Michel FENAYON, retrouver toutes la chronologie et les détails historiques concernant l'édification de cette école !

Ce projet a fait l’objet de débats passionnés qui s’étendent de 1874 à 1886.

 

En effet, la municipalité d’Hotonnes a refusé par quatre fois de reconnaître l'utilité de cette " école de hameau " alors celle construite vingt ans plus tôt au " village " a bien été payée par tous alors que seuls les habitants du " village chef lieu"  peuvent en profiter... !

 

Voici la pétition qu'adressèrent en 1874 les habitants des Plans à l'Inspecteur d'académie à Bourg...

 

 

 Une Ecole aux Plans d'Hotonnes... 

Le but était de permettre aux enfants des fermes isolées de pouvoir accéder à une instruction minima, celà s'est traduit par de nombreuses initiatives sur l'ensemble du "Plateau".

 

Initiatives de différents curés de Retord (cfr histoire de Retord),  mais également des initiatives isolées dans un certain nombre de fermes, citons sans prétendre à être exhaustif:  à la Charnaz, le Content, la Platière, Ramboz d'en Haut...

 

Concernant la réalisation d’une école primaire aux Plans d’Hotonnes, l'objet était de répondre aux besoins des fermes aux alentours des Plans vu l'éloignement du chef-lieu de la commune.

 

" Que ces fermes sont éloignées du chef-lieu de la commune les plus près, de 8 kilomètres et les plus éloignées de 14 kilomètres; que vu ces distances et que la quantité de neige qui tombe les hivers, il n’y a pas possibilité que leurs enfants puissent fréquenter l’école communale..."

 

Cet exemple de dualité entre les fermes de montagne et leurs communes de rattachement administratif est une constante sur le plateau. 

 

Bien qu'approuvé par le ministre de l'instruction publique en 1883,  le Conseil Général en 1892, "emettait le voeu" qu'une école mixte soit établie au nord du plateau, elle a bien vu le jour... mais n'a jamais été utilisée.

Ecole de la Platière, la ferme est au nord, sur la droite de la photo

Il a fallu toute la détermination des habitants des Plans et les interventions conjointes de l’inspection académique de Bourg-en-Bresse, du Sous-Préfet de Nantua, du Préfet de Bourg-en-Bresse, du Député de la circonscription  et même du ministre de l’Education et des Cultes pour que cette école soit réalisée.

 

Dans un premier temps l’école fut établie dans un local cédé gratuitement le 24 octobre 1875 pour 10 ans par Hippolyte CHARPY (1836-1903) époux de Françoise MARTINOD demeurant à la ferme Les Lieurs aux Plans d’Hotonnes.

 

Le 10 septembre 1878, l’inspecteur primaire fait un rapport sur l’état lamentable de l’école :

 

« Cette école est installée dans un bâtiment rural appartenant au Sieur Charpy qui l’a mis gratuitement à la disposition de l’institutrice, la commune s’étant refusée jusqu’à ce jour à lui fournir un logement. La salle de classe n’est qu’un taudis noir et infect, complètement privé d’air et de lumière dont le parquet est formé de terre glaise battue et le plafond tellement bas qu’on risque en y entrant de se fendre la tête contre les solives. Les enfants en hiver y sont entassés et quelques-uns même sont obligés de se tenir debout faute de place. Le mobilier scolaire fait à peu près complètement défaut. Le logement de l’institutrice se compose de deux petites pièces dont l’une est un bouge et l’autre un grenier. L’installation ne comporte aucune dépendance absolument nécessaire »

 

Il est alors décidé de construire une école.

 

Le 31 août 1880, les époux Joseph FINAZ(1823-1891) et Euphrasie CHARPY (1817 - ????) demeurant aux Plans d’Hotonnes et les deux belles sœurs célibataires de Joseph FINAZ:  Dorothée CHARPY (1821- ????) et Françoise CHARPY (1823- ????) font don à la commune d’un terrain dit « champ curial »

 

Voici la pétition qu'adressèrent au Préfet de l'Ain, dès le 18 mars 1879, les seize habitants les plus imposés d'Hotonnes:

Les Pétitionnaires...

 

 Perret Jules - Les Liords

 Charpy Hyppolite

 Bailly Joseph - Le Buloz

 Bailly Honoré - La Culaz

 Favre François - La Saugettaz

 Berne Alphonse - L’Arbarétaz

 Favre Hyppolite - Les Pellaz

 Charpy Louis - La Tour

 Brunet Auguste - Doux

 Favre Casimir - Charpy

 Vuaillat Julien - Charpy

 Bailly Pierre - Les Bergonnes

 Favre Isidore - Les Bergonnes

 Berne Isidore - Les Bergonnes

 Berne Joseph - Les Bergonnes

 Favre Jean Claude aux Plans

 Vuaillat Claude François aux Plans

 Bailly François - Le Bordet

 Ancian Aimé - Les Tours

 Ulliet Louis - Cocholier

 Charpy François - Cocholier

 Charpy Pierre aux Plans

Nous n'avons pas pu avoir de photos de classe de l'école des Plans, voici une photo de celle des filles au Chef Lieu à Hotonnes vers 1920

 

Si vous avez des documents d'époque, n'hésitez pas à nous les communiquer !

             Une nouvelle école aux Plans d'Hotonnes...            

Pour un Retord Propre ².gif